Trêve de l’opération As-tu ta carte?

7 juin 2019

Chers collègues, membres du personnel enseignant et de soutien scolaire,

Pendant plus d’un an, le Syndicat de Champlain s’est affairé à préparer l’opération As-tu ta carte ?  Une opération dont nous sommes fiers.

Nous sommes toujours convaincus que la meilleure façon de représenter les intérêts du personnel de soutien scolaire et du personnel enseignant est d’être tous réunis au sein d’un seul et même syndicat. Nous croyons en la force du nombre et la solidarité pour être plus forts face à l’employeur, à nos commissions scolaires et à nos directions d’écoles et de centres. Nous sommes aussi d’avis que de réunir le personnel de soutien scolaire et le personnel enseignant demeure la clé pour assurer l’amélioration de nos conditions de travail. Pour assurer aussi des actions concertées, stratégiques et efficaces dans nos milieux; tout particulièrement dans un contexte de décentralisation des pouvoirs vers les écoles et les centres.

Le conseil d’administration de votre syndicat a choisi de lancer cette campagne d’adhésion après mûre réflexion. Pendant des mois, nous avons réfléchi, planifié et organisé tous les aspects de l’opération As-tu ta carte ? Rappelons que cette campagne vient, d’abord et avant tout, de la volonté des collègues du personnel de soutien des commissions scolaires Marie-Victorin et de la Vallée-des-Tisserands qui, depuis des années, nous interpellent régulièrement pour devenir membres du Syndicat de Champlain.

Vingt-quatre heures à peine suivant le lancement de l’opération, nous avons déjà recueilli l’adhésion de près de 30 % des membres ! Sur le terrain, le succès est incontestable. Nous sommes aussi fiers d’avoir mené une campagne propre, honnête, avec un discours positif basé sur les services que nous offrons à nos membres, notre expertise et nos forces.

Et surtout, nous avons mené cette campagne en toute légalité, en suivant à la lettre l’encadrement légal prescrit par le Code du travail (article 22).

Nous ne pouvons en dire autant des syndicats de la FTQ et de la CSN, qui sans surprise, il faut l’admettre, se sont rabattus sur un tout autre discours par manque d’arguments et pris par surprise.

Alors, pourquoi déclarer une trêve ?

Même si, à Champlain, nous assumons notre leadership et que nous nous targuons d’être une organisation rassembleuse, l’onde de choc déclenchée par notre stratégie nous oblige aujourd’hui à déclarer une trêve dans l’opération.

D’abord, parce que nous aurions dû avoir l’appui de notre organisation nationale. À défaut d’assumer le leadership qui incombe à une centrale syndicale, nous nous retrouvons aujourd’hui devant la menace d’un maraudage envers d’autres syndicats affiliés à la CSQ par la FTQ et la CSN, en guise de représailles.

Soyons clairs ici : Champlain, sur le terrain, est en position de force. Mais devant les menaces, il nous semble injuste que des collègues, partout à travers le Québec, subissent la riposte des deux autres centrales en raison d’un conflit local qui ne leur appartient pas.

Nous faisons donc une trêve, et si aucune organisation ne se fait marauder en représailles, ce sera la fin, de l’opération As-tu ta carte ?, pour cette fois.

Nous maintenons que l’intérêt des membres, dans les écoles et les centres, est d’être unis et représentés par un seul syndicat qui respecte, comprend et défend le travail du personnel de soutien et du personnel enseignant. Nous y croyons fermement. Mais cela ne peut pas se faire au détriment d’autres collègues, par respect justement. C’est la seule raison pour laquelle nous mettons de côté notre projet rassembleur et faisons une trêve.

Nous vous tiendrons au courant de la suite des choses.

Le conseil d’administration du Syndicat de Champlain